Rechercher

brieuc

Brieuc SIMON

Thérapeute et spécialiste en psychosomatique

Animateur en méditation

Praticien et maître Reïki

+32 498 49 65 54

Les symptômes des allergies au pollen dépendent de la zone du corps concernée.

Le pollen peut ainsi faire réagir les yeux, la peau, ou encore le larynx ou les bronches. Le nez également. Il peut faire réagir tous ces organes en même temps ou exclusivement l’un ou/et l’autre.

Les yeux réagiront par des rougeurs, des démangeaisons et souvent des larmes. Les larmes viennent de l’irritation par le pollen lui-même ou alors, l’irritation liée au fait de se frotter les yeux lors des démangeaisons.

 

Si nous prenons la peau, les rougeurs et les démangeaisons sont les symptômes principaux de l’allergie au pollen. Parfois, des gonflements liés à un œdème sous cutané peuvent se manifester.

Au niveau du nez, éternuements, irritations, démangeaisons et écoulement nasal sont les symptômes les plus courants. Un gonflement des parois nasales peut provoquer des difficultés respiratoires liées à l’obstruction des narines.

Pour le larynx et les bronches, suivant l’intensité de l’allergie, des symptômes telles que des démangeaisons, voir des difficultés respiratoires sévères, sont des possibilités à ne pas écarter. L’intervention d’un traitement sera nécessaire pour éviter l’obstruction complète des voies respiratoires lors de très fortes réactions allergiques au pollen.

 

Comment se débarrasser de l'allergie au pollen ?

 

Les traitements médicaux sont de très bon soutien en cas de crise mais ne font pas disparaitre l’allergie au pollen.

Il est, selon moi, nécessaire d’aller regarder plus loin ce qui provoque la réaction allergique.

 

Chercher la cause de la cause.

La chercher où ?

 

Dans notre vie émotionnelle qui est le lien entre le réel, les événements et la manière dont nous interprétons ces événements psychiquement. Nous baignons en continu dans un champ émotionnel. Nous pourrions mettre une émotion sur chaque seconde de notre vie, passant de la joie à la tristesse, ou encore de la colère à la paix et la tranquillité. Une succession infinie d’émotions qui persistent plus ou moins longtemps dans les expériences que nous traversons.

Alors pourquoi ne pas imaginer que ces émotions, surtout celle qui sont refoulées, puissent avoir une influence majeur sur notre santé physique ?

Pour ma part, je n’ai jamais trouvé sur le sol, une émotion perdue ! Elle se vient à l’intérieur de mon corps, je les ressens car mon corps me donne des sensations particulières pour chacune des émotions qui me traversent.

Alors puisque je passe 100% de mon temps en présence d’émotions, peut-être qu’il serait judicieux d’aller y jeter un petit coup d’œil !

Allons-y !

 

Mon expérience de plus d’une douzaine d’années à étudier, écouter et accompagner les personnes désireuses de faire un chemin avec moi en consultation, me montre que le stress émotionnel commun à toutes ces personnes est un stress intense de séparation.

Ça veut dire quoi ? Que ces personnes ont été en contact avec l’allergène (le pollen ici) alors qu’elles vivaient uns séparation dramatique avec une autre personne ou un animal de compagnie…

 

Exemple :

Je suis amoureux de ma petite copine. Nous somme en été, nous marchons le long d’un champ de blé et tout à coup, sans que j’y sois préparé, qu’elle ne m’ait averti, elle m’annonce froidement qu’elle me quitte et que c’est la dernière fois que je la verrai.

Pour moi, qui suis amoureux, c’est le drame de ma vie !

Et mon cerveau a repéré le champ de blé et a intégré le blé dans mon trauma ! Maintenant, pour mon cerveau, blé = danger de perdre la personne que j’aime ! Dès lors, chaque fois que je serai en contact avec le blé, quelques soit sa forme (pain, champ de blé, chapeau de paille…), mon cerveau, m’indiquera, via la crise d’allergie au blé, que je suis en danger d’être séparé de mon amoureuse.

Pour guérir, il s’agira de retrouver le drame de séparation puis de vérifier ce qui est ressenti encore comme émotion difficile par rapport à ce drame. Ces émotions mises en évidences devront être apaisées jusqu’à ce que le fait de revoir la scène difficile ne provoque plus aucune réaction émotionnelle compliquée. Si c’est le cas, le conflit est lâché définitivement et le cerveau n’a plus de nécessité d’envoyer le signal de danger via l’allergie.

L’allergie peut s’en aller.

 

Partagez

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

brieuc

Brieuc SIMON

Thérapeute et spécialiste en psychosomatique

Animateur en méditation

Praticien et maître Reïki

+32 498 49 65 54

Facebook

Suivez moi sur ma page Facebook

facebook logo F 1200x816

WEB PARTNER

websait

Un site réalisé par Websait
Atelier graphique / Communication online 
www.websait.com